Faut-il demander la péridurale pour accoucher ?

Mise en place au début des années 80, la péridurale, technique d’anesthésie supprimant les douleurs des contractions, est devenue une norme bien établie en France.

Supprimer la douleur ?

A l’origine, quelle belle avancée pour les femmes ! La péridurale offrait enfin le choix aux femmes de ne plus souffrir en enfantant.

Cette technique est donc très vite devenue une pratique phare, proposée à toutes les femmes en France. Trop vite ?

Le nombre d’accouchements sous péridurale a augmenté de manière exponentielle. Cette hausse peut être mise en perspective avec celle du nombre de déclenchements et de césariennes, qui ont chacun doublé entre 1981 et 2010.

Toutes ces techniques illustrent la médicalisation croissante de l’accouchement en France depuis les années 80.

Certains pays ont pourtant une toute autre approche. Ainsi, seules 15% des femmes aux Pays-Bas, et 40% des femmes au Royaume-Uni ont recours à la péridurale. Alors pourquoi de telles différences ?

La péridurale, un choix éclairé ou forcé ?

L’anesthésiste se doit, normalement, d’informer chaque femme des risques encourus pour elle mais aussi pour le bébé. Dans les faits, cette information n’est pas transmise. Pourtant, la France oblige à avoir un entretien avec un anesthésiste avant l’accouchement. C’est donc à ce moment là qu’une information claire (et objective !) devrait être communiquée sur ce sujet.

Car cette technique n’est pas dénuée d’effets secondaires. Au contraire, les effets secondaires de la péridurale sont extrêmement fréquents. On peut même affirmer que 100% des femmes accouchant sous péridurale auront au moins un effet négatif lié à cette anesthésie.

La péridurale doit donc rester un libre choix. Et un choix éclairé.

Quels sont les risques suite à sa pose ?

Voici l’ensemble des risques possibles qui devraient être communiqués par l’anesthésiste avant de poser une péridurale.

Les effets négatifs possibles chez la maman :

  • Sensation de paralysie avec incapacité à bouger les jambes, on a donc une immobilité forcée, et la contrainte de devoir rester allongée pendant les heures restantes jusqu’à la phase d’expulsion
  • Effet hypotenseur, c’est pourquoi la tension artérielle de la future maman est surveillée
  • Démangeaisons
  • Tremblements
  • Incapacité à vider sa vessie, elle est donc « vidée » par la sage-femme avant les poussées
  • Somnolence
  • Nausées voire vomissements
  • Migraines
  • Douleurs à la nuque
  • Contractions moins efficaces et ralentissement de la progression du bébé dans le bassin => allongement de la durée du travail
  • Injection d’ocytocine de synthèse pour compenser la baisse des contractions
  • Complications lors de l’expulsion avec davantage de recours aux forceps et aux ventouses
  • Plus de risque d’épisiotomie et de césarienne

Il y a aussi des cas, pas si rares, où la péridurale ne fonctionne que d’un côté et où elle doit donc être reposée.

Les effets négatifs possibles chez le bébé :

  • Ralentissement du rythme cardiaque
  • Ralentissement de la descente dans le bassin
  • Baisse des mouvements fœtaux

Alors faut-il demander la péridurale ?

Pour pouvoir répondre à cette question, il faut comprendre la douleur de l’accouchement. La douleur fait peur car elle n’est pas expliquée et donc pas comprise. Et quand la douleur arrive, les femmes ne savent pas comment y faire face.

Pour l’équipe médicale, la péridurale rend la gestion des accouchements plus facile à gérer. Avec un nombre de sages-femmes insuffisant, et des services parfois débordées par le nombre d’accouchement, impossible pour elles de passer plusieurs heures avec chaque femme. Les sages-femmes sont d’ailleurs les premières à exprimer leur frustration à ce sujet et elles ne cessent de réclamer plus de moyens.

Du point de vue des femmes, la plupart ne se posent pas la question, et donc la demandent de manière très naturelle. C’était le cas pour mon 1er accouchement. Nullement informée, cela me paraissait une évidence. Pourquoi souffrir inutilement ? Mon point de vue sur le sujet, vous vous en doutez peut être, est maintenant tout autre.

Il y a aussi celles qui ne la veulent pas au départ mais qui finissent par la demander, parfois de leur plein gré, parfois plus ou moins contraintes.

Et puis il y a les femmes qui n’en veulent pas. Pour de multiples raisons.

Peu importe dans quelle catégorie vous vous trouvez, ce que j’ai observé c’est que les femmes ne sont pas informées. C’est cette désinformation qui entraine une surmédicalisation de la grossesse et de l’accouchement et donc de nombreuses complications. Chaque femme devrait avoir le droit de faire ce choix en toute connaissance de cause et d’accoucher comme elle le souhaite.

La péridurale ne doit donc pas pallier à un manque d’accompagnement mais être un choix mûrement réfléchi.

 

Articles récents

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] tant que future maman, si vous recherchez un accouchement naturel, c’est que vous souhaitez accoucher sans péridurale et rester libre de vos mouvements. En effet, l’anesthésie enlève la douleur mais du coup elle […]

Les commentaires sont désactivés.