Comment soulager l’endométriose naturellement ?

Endométriose et naturopathie, soulager l'endométriose

Chez une femme, à chaque cycle menstruel, sous l’effet des hormones œstrogéniques, l’endomètre, qui est la muqueuse tapissant l’intérieur de l’utérus, s’épaissit en prévision d’une éventuelle grossesse. S’il n’y a pas de fécondation, il se désagrège et saigne pendant plusieurs jours, formant les règles.

Chez certaines femmes, l’endomètre va se former à l’extérieur de la cavité utérine, dans des endroits anormaux comme les ovaires, ou des organes du système digestif. Sous l’effet des œstrogènes, les cellules endométriales vont également se mettre à saigner pendant les règles. Ce sang ne pouvant être évacué, il va provoquer des lésions, des nodules, des kystes ainsi que des réactions inflammatoires avec formation de cicatrices fibreuses et d’adhérences. Ces adhérences vont relier les organes avoisinants entre eux et vont empêcher leur bon fonctionnement.

Diagnostiquer l’endométriose

Actuellement, le diagnostic est posé tardivement, après souvent des années de souffrance.

L’endométriose est une maladie complexe, encore mal connue du milieu médical et dont les causes ne sont pas toutes identifiées. On sait par contre que les causes sont multifactorielles. De plus elle peut revêtir plusieurs formes et les symptômes sont différents d’une femme à l’autre. Certains symptômes peuvent être également évocateurs d’autres maladies, d’où les difficultés actuelles.

Les symptômes de l’endométriose

Certaines endométrioses ne provoquent aucun symptôme et seront découvertes au moment d’un bilan hormonal souvent effectué suite à des troubles de la fertilité.

Mais lorsque les symptômes sont présents, la principale manifestation de l’endométriose est la douleur pelvienne. Elle est présente dans 75% des cas. La douleur n’est pas forcément corrélée à l’importance des lésions. Les douleurs peuvent être permanentes ou survenir de façon épisodique, (au moment de l’ovulation ou des règles). Habituellement les douleurs sont progressives et s’aggravent avec le temps. Elles peuvent être véritablement invalidantes au quotidien.

Les symptômes les plus fréquents sont :

– Les douleurs pelviennes (bas ventre), lombaires,

– Celles ressenties lors des rapports,

– Des règles douloureuses et/ou abondantes,

– L’infertilité,

– Les troubles digestifs (diarrhée ou constipation, ballonnements, douleurs…),

– Les troubles urinaires (envie fréquente d’uriner, difficultés à vider sa vessie, douleurs…),

– La fatigue chronique.

Les causes de l’endométriose

– L’exposition aux perturbateurs endocriniens : que ce soit in utero ou après car les perturbateurs endocriniens sont partout, notre exposition y est plus ou moins forte et ils ont la capacité de perturber durablement notre système hormonal.

– Génétique : dans certaines familles on retrouve plusieurs cas d’endométriose, pouvant faire évoquer une sensibilité génétique ou héréditaire.

– La dysbiose intestinale : les bactéries qui peuplent nos intestins sont essentielles au bon fonctionnement de notre système digestif, mais aussi au bon fonctionnement de notre système immunitaire et même de notre système nerveux. Les troubles digestifs, quels qu’ils soient, signalent un déséquilibre du microbiote.

– Un dysfonctionnement du système immunitaire : certaines femmes cumulent endométriose et maladie auto-immune.

Les facteurs de risques 

– Une alimentation pro-inflammatoire, trop chargée en œstrogènes, etc…,

– L’âge,

– Les antécédents familiaux,

– Le surpoids et l’obésité.

Les traitements actuels pour soulager l’endométriose

La réponse médicale

– Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, pour diminuer la douleur mais ils ne sont pas dénués d’effets secondaires et ne peuvent pas être pris sur le long terme au risque de fragiliser d’autres organes,

– Les traitements hormonaux, pour diminuer l’imprégnation œstrogénique, mais ils ne conviennent pas à toutes les femmes touchées et ont des effets secondaires plus ou moins importants (changements d’humeur, baisse de la libido, prise de poids, perte de minéralisation osseuse…),

– Les opérations chirurgicales, mais qui comportent des risques d’incontinence et n’empêchent pas les récidives.

Les techniques naturelles 

– La naturopathie (conseillée par l’association Endofrance) : pour avoir une prise en charge globale,

– La sophrologie : pour réussir à mettre les douleurs à distance, prendre du recul et gérer le stress engendré par la maladie (le stress peut en effet aggraver la maladie),

– L’acupuncture : pour agir sur les douleurs,

– L’ostéopathie : pour diminuer les adhérences.

Endométriose et naturopathie

Une première consultation de naturopathie dure entre 1h30 et 2h. Lors de cet échange, je vais essayer d’identifier les facteurs ayant pu contribuer à l’endométriose, et ceux qui continuent à l’entretenir.

Vous permettre de comprendre les causes potentielles de la maladie et de connaître davantage le fonctionnement de votre corps est la première marche pour vous permettre de reprendre votre santé en main.

L’endométriose étant une maladie inflammatoire, je chercherai avec vous à réduire tout ce qui entretient l’inflammation :

  • Suppression des aliments pro-inflammatoires,
  • Identification des perturbateurs endocriniens dans votre mode de vie,
  • Diminution de l’exposition aux perturbateurs endocriniens.

J’interviens ensuite sur les déséquilibres physiologiques identifiés par :

  • L’adoption d’un régime anti-inflammatoire,
  • Le renforcement du système immunitaire,
  • Le rééquilibrage de la flore intestinale,
  • La régulation hormonale,
  • La décongestion de la zone pelvienne,
  • La gestion du stress.

La naturopathie ne se substitue pas à un traitement médical mais propose un rééquilibrage global de l’hygiène de vie, aidé de plantes qui ont fait preuve de leur efficacité pour soulager l’endométriose.