,

Les méthodes naturelles qui marchent contre l’arthrose

L’arthrose est la pathologie articulaire la plus répandue. Elle concernerait 10 Millions de Français. Pourtant, en suivant les méthodes naturelles présentées ici, beaucoup de souffrance pourrait être évitée. Certaines personnes en subissent les conséquences au quotidien alors que d’autres ne présentent aucun symptôme lié à cette dégénérescence. Comment expliquer cette différence ?

Arthrose physiologique vs arthrose inflammatoire

L’arthrose physiologique

L’arthrose est dite physiologique quand elle exprime le vieillissement physiologique des articulations, qui débute en moyenne à partir de 40 ans.

Quand l’arthrose se manifeste avant, elle est généralement dû à des mouvements répétés depuis l’enfance ou l’adolescence, ou à des mauvaises postures, dont les conséquences se font alors ressentir plus tôt, parfois dès 25 ou 30 ans.

Les sportifs de haut niveau qui répètent inlassablement les mêmes mouvements sont fréquemment touchés. Ces mouvements vont alors provoquer une usure accélérée du cartilage. Certaines activités professionnelles sont également concernées.

L’arthrose n’est donc pas qu’un phénomène lié à l’âge. Notre mode de vie a un impact direct sur son incidence et sur son évolution.

Et c’est aussi sur votre mode de vie que vous pouvez agir !

L’arthrose inflammatoire

Quelles sont les parties du corps les plus souvent touchées par l’arthrose ?

L’arthrose lombaire et l’arthrose cervicale sont les plus répandues. Suivie de l’arthrose des doigts, du genou et de la hanche.

Comment fonctionne l’articulation ? Comment se dégrade-t-elle ?

Lisez cet article pour mieux comprendre cette pathologie :

Quelles solutions naturelles contre les douleurs articulaires

Les méthodes naturelles contre l’arthrose

Solution naturelle n°1 : prévenir et diagnostiquer le plus tôt possible

Toutes les professions médicales et non médicales sont d’accord sur ce point. La solution la plus efficace pour lutter contre l’arthrose est de faire de la prévention, tout en dépistant les personnes à risque le plus tôt possible. Plus l’arthrose est détectée à un stade débutant, plus le protocole mis en place permettra d’en ralentir la progression de manière efficace.

Or souvent l’arthrose est détectée trop tard, une fois que le cartilage a presque complètement disparu !

Quelle est la première mesure de prévention ?

A partir de 40 ans, c’est le bon moment pour réfléchir aux zones de votre corps qui pourraient être concernées, en répondant à ces quelques questions :

  • Ai-je des douleurs régulières au niveau cervical ou lombaire ?
  • Est-ce que je pratique un de ces sports depuis plusieurs années : ski, tennis, squash, football, handball, rugby, basket-ball, danse, gymnastique, athlétisme, judo, karaté, course à pied…
  • Est-ce que j’ai fait du sport de compétition dans l’enfance ?
  • Ai-je des mouvements répétés au niveau des articulations dans ma vie professionnelle ?
  • Suis-je en surpoids ?
  • Ai-je une maladie inflammatoire chronique ?

Si vous êtes concerné par au moins une de ces thématiques, il est temps de faire évoluer votre hygiène de vie.

Quels examens pour détecter l’arthrose ?

La radio est l’examen à passer en première intention. En fonction du résultat, d’autres examens pourront être prescrits en complément car ils permettent d’apporter des précisions supplémentaires pour poser un diagnostic le plus précis possible (IRM, etc…).

Solution naturelle n°2 : lutter contre l’inflammation

L’inflammation est le poison n°1 de l’articulation.

L’arthrose et l’arthrite (voir mon article ici) sont 2 pathologies inflammatoires, c’est-à-dire qu’elles provoquent la production d’une énorme quantité de molécules inflammatoires, à l’origine de la douleur et de la gêne ressentie. Pour rappel, l’inflammation peut se manifester par 4 symptômes :

  • La douleur
  • L’œdème
  • La rougeur
  • L’échauffement de la zone concernée

En cas de crise, il est fréquent de ressentir plusieurs de ces symptômes.

Il y a ensuite 2 types d’inflammation, qui agissent conjointement contre vos articulations. On voit parfois des dégradations très rapide du cartilage. Ces phénomènes sont tous liés à votre niveau d’inflammation. Au bout d’un moment, le corps n’arrive plus à réguler cette inflammation, c’est comme ci les molécules inflammatoires arrivaient à prendre le dessus.

Inflammation n°1 : l’inflammation endogène

Dans ce cas précis, c’est votre corps qui produit des molécules inflammatoires en réponse à son fonctionnement interne.

Par exemple quand vous êtes en surpoids, les cellules graisseuses produisent en permanence des molécules inflammatoires.

Toute pathologie inflammatoire chronique conduit aussi à une production importante de ces mêmes molécules. En cabinet, ce que je vois le plus ce sont les pathologies inflammatoires de l’intestin, suivies par les pathologies inflammatoires de la sphère gynécologique (parce que c’est l’un de mes domaines de compétence).

Si vous souffrez d’arthrose il est donc conseillé de s’occuper tout autant des autres pathologies inflammatoires qui viennent aggraver l’arthrose par le biais de l’inflammation.

Quelle qu’en soit l’origine, la naturopathie est sûrement LA meilleure des pratiques pour dimunuer l’état inflammatoire. Que ce soit pour rétablir l’intégrité de la barrière intestinale, pour réguler l’inflammation, pour perdre du poids…

Ces articles pourraient vous intéresser :

Perdre du poids sans faire de régime

Perdre du poids durablement

Inflammation n°2 : l’inflammation exogène

Plusieurs éléments externes engendrent une réaction inflammatoire. Ces facteurs peuvent être isolés mais souvent ils s’ajoutent les uns aux autres. Certains facteurs peuvent également être présents au quotidien (tabac, alcool, stress, pesticides, produits chimiques…).

Sur le long terme ces facteurs finissent toujours par favoriser la venue de certaines pathologies, qu’ils entretiennent et qui deviennent donc chroniques.

Réduire l’inflammation grâce aux méthodes naturelles

Comme nous l’avons vu, le poison n°1 pour votre corps et vos articulations est l’inflammation. Celle que l’on ressent comme dans le cas de l’une des inflammations chroniques listées dans mon schéma, mais aussi toutes les inflammations asymptomatiques que l’on appelle de bas grade. Il faut savoir que plus on vieillit, plus notre corps sécrète de molécules inflammatoires.

En fonction de l’hygiène de vie, passé 50 ou 60 ans, tout le monde a une inflammation de bas grade. Encore une fois, face à ce phénomène que le milieu médical connaît parfaitement, la meilleure arme est et restera toujours la prévention, grâce à une hygiène de vie adaptée.

Et quelle est la base de l’hygiène de vie ?

Je vous renvoie vers mon article ” santé naturelle : tout savoir sur la naturopathie

L’idéal est d’être accompagné par un naturopathe qui connaît bien ces questions. Je propose ainsi un accompagnement complet pour réguler tout type d’inflammation.

Dans mon protocole contre l’inflammation, il y a un nouveau produit que je pourrais être amené à vous proposer et auquel je crois beaucoup. Il s’agit du CBD.

Plusieurs études ont mis en avant l’efficacité du cannabidiol (la molécule active du CBD qui nous intéresse) sur les douleurs chroniques, mais aussi sur toutes les douleurs inflammatoires. Les études citent fréquemment certaines pathologies pour lesquelles les résultats sont les plus probants, telles que l’arthrose, l’arthrite et la polyarthrite rhumatoïde.

Lisez l’étude ” Les cannabinoïdes dans la gestion des douleurs difficiles à traiter “

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2503660/

Ou encore celle là : ” L’atténuation de l’inflammation en phase précoce par le cannabidiol prévient la douleur et les lésions nerveuses dans l’arthrose “.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2503660/

Le problème avec le CBD c’est qu’il est difficile de se fier aux boutiques qui poussent comme des champignons et dont les revendeurs n’en connaissent souvent pas la provenance.

Après avoir étudié le marché, je recommande la marque Tylio, qui privilégie du chanvre français et bio.

NOUVEAU : avec le code roosecbd10 bénéficiez de 10% de réduction sur votre commande !

 

Fiez-vous au protocole proposé sur leur site que je trouve très bien et partez sur une cure d’un mois.

Conclusion

A partir de 40 ans, limiter, voire supprimer dans certains cas, les facteurs d’inflammation endogène et exogène est indispensable pour prévenir ou stabiliser l’arthrose. C’est ce que je propose grâce à un accompagnement personnalisé.

Une seule certitude, plus vous attendez, plus votre cartilage est susceptible de se dégrader. Cette érosion étant irréversible, n’attendez pas qu’il soit trop tard pour vous occuper de vos articulations. Homme et femme, cette problématique nous concerne tous !

Articles récents

Inscrivez-vous à ma newsletter pour rester informé de mon actualité : nouveaux articles, prochaines conférences, ateliers...

close

Inscrivez-vous à ma newsletter pour rester informé de mon actualité : nouveaux articles, prochaines conférences, ateliers...